Formulations de plastiques biosourcés et biodégradables ‘HOME COMPOST’

Il est des objets de notre quotidien que l’on aurait du mal imagine difficilement disparaître. Il en va ainsi de tous ces ustensiles en plastique à usage unique qui vont du simple coton tige au gobelet en passant bien évidemment par les couverts et les pailles à boire.

Qui n’a pas prévu lors de son pique-nique de prendre dans son panier ou sa glacière quelques gobelets en polystyrène, quelques briques individuelles de jus de fruit avec sa petite paille en polypropylène sur-emballée. Qui d’autre n’a pas été acheter un midi, trop pris pas ses activités, sa petite salade avec ses couverts à usage unique recyclables !!! Enfin, qu’en est-il de celui ou celle qui utilise son coton tige pour éliminer un surplus de colle ou bien encore pour appliquer un produit de manière précise sur une plaie.

Si l’on veut parler chiffres, même si l’ordre de grandeur est difficilement imaginable, « chaque année, les Européens produisent 25 millions de tonnes de déchets plastiques, dont seuls moins de 30% sont collectés », « les matières plastiques représentent 85% des déchets marins ». En effet, le déversement accidentel ou la malveillance provoque chaque année une quantité phénoménale de déchets plastiques qui finissent leur parcours dans les océans, les rivières, les zones humides; allant même jusqu’à intégrer la chaîne alimentaire, arrivant in-fine dans notre estomac par l’intermédiaire de notre assiette. Quel triste exemple d’économie circulaire : l’assiette et les couverts jetables utilisés pour nous aider à notre dégustation sont eux-mêmes ingurgités par notre organisme.

Bref, nous sommes au quotidien amenés à utiliser ces objets qui demeurent de forte commodité. Mais qu’à cela ne tienne, notre horizon va évoluer sous l’influence de nouvelles règles émises par l’Union Européenne. Les industriels, fabriquant ou utilisant ces objets vont devoir s’adapter et modifier leur manière de travailler. Pour tenter d’enrayer le phénomène de pollution, la commission européenne définit de nouvelles règles pour les plastiques à usage unique. Ainsi le communiqué du 28 mai 2018 détermine « des prescriptions pour la conception et l’étiquetage des produits et des obligations de gestion/nettoyage des déchets incombant aux fabricants ». « Les récipients pour aliments, les sachets et emballages (…), les récipients et gobelets pour boissons » sont précisément visés par cette réglementation. L’union Européenne précise « des mesures inciteront l’industrie à mettre au point des solutions de remplacement moins polluantes pour ces produits ». Outre la collecte, l’incitation au recyclage avec par exemple les consignes, des exigences en matière d’étiquetage font aussi partie intégrante de cette nouvelle réglementation « certains produits devront faire l’objet d’un étiquetage clair et normalisé indiquant le mode d’élimination des déchets, les effets néfastes du produit sur l’environnement et la présence de matière plastique dans les produits ». D’autre part, le ministère français de la transition écologique annonce également que « les gobelets, tasses et assiettes en plastique non compostables, les cotons tiges en plastique, seront interdits en France » et la date approche : horizon 2020 !!!

C’est dans ce cadre réglementaire que les entreprises qui fabriquent ces produits vont devoir prendre rapidement de nouvelles orientations.

Le centre de recherche et développement VALAGRO RECHERCHE peut dès à présent accompagner les entreprises désireuses de s’orienter dans la voie des thermoplastiques biodégradables en milieu compostage domestique. En effet, depuis plus de 20 ans VALAGRO RECHERCHE a travaillé sur les formulations intégrant des polymères biosourcés et biodégradables, des charges naturelles et végétales, des additifs de manière à proposer des compounds prêts à l’emploi et permettant de répondre aux objectifs ambitieux et indispensables du respect de la nature et de la biodégradation.